Sélectionner une page

Programme du cinéma

Rechercher une séance

LA VERITE

LA VERITE

Année : 2019
Genre : Drame
Durée : 1H47
Réalisé par : Hirokazu Kore-eda
Avec Catherine Deneuve, Juliette Binoche, Ethan Hawke, Ludivine Sagnier,
VF

Fabienne, icône du cinéma, est la mère de Lumir, scénariste à New York. La publication des mémoires de cette grande actrice incite Lumir et sa famille à revenir dans la maison de son enfance. Mais les retrouvailles vont vite tourner à la confrontation : vérités cachées, rancunes inavouées, amours impossibles se révèlent sous le regard médusé des hommes. Fabienne est en plein tournage d’un film de science-fiction où elle incarne la fille âgée d’une mère éternellement jeune. Réalité et fiction se confondent obligeant mère et fille à se retrouver…

Court métrage

Un cinéma dans la ville

Année : 2018
Durée : 8'43
Réalisé par : Jérémy Leroux
VF

Une journée dans la vie du cinéma le Trianon à Romainville. Nous découvrons son histoire, ceux qui y travaillent, les liens avec son territoire.
Ce documentaire est né de l’impulsion de la société de production francilienne LaToileBlanche et de la collection Filmer la ville, créées par Audrey Lespinasse et Sami Lorentz. Avec le désir selon leurs mots de “reconstruire, à bras le corps, le récit de territoires trop souvent déclassés”, en mettant en valeur le patrimoine des quartiers populaires. Le catalogue compte plus de soixante films, qui ont permis la participation d’habitants, de spécialistes ou de jeunes.
Monteur de nombreux opus de la collection, le réalisateur s’est cette fois tourné vers la salle classée Art et Essai du Trianon, basée à Romainville, ville du département de la Seine-Saint-Denis, et limitrophe de Montreuil, Bagnolet, Noisy-le-Sec, Pantin et Les Lilas. Un cinéma qui repose sur une architecture de style Art déco lui ayant valu d’intégrer la liste des Monuments historiques de France en 1997, et qui connut ses premières projections dès 1910, même si son ouverture officielle date de 1929.
Et les lieux ont servi de décor au programme télévisé “culte” dédié à l’Âge d’or du cinéma américain : La dernière séance, animée entre 1982 et 1998 par Eddy Mitchell.

18H30

16H

18H20 & 21H

17H10

LES SIFFLEURS

LES SIFFLEURS

Année : 2020
Genre : Thriller
Durée : 1H37
Réalisé par : Corneliu Porumboiu
Avec Vlad Ivanov, Catrinel Marlon, Rodica Lazar, Agusti Villaronga,
VO

Cristi, un inspecteur de police de Bucarest corrompu par des trafiquants de drogue, est soupçonné par ses supérieurs et mis sur écoute. Embarqué malgré lui par la sulfureuse Gilda sur l’île de la Gomera, il doit apprendre vite le Silbo, une langue sifflée ancestrale. Grâce à ce langage secret, il pourra libérer en Roumanie un mafieux de prison et récupérer les millions cachés. Mais l’amour va s’en mêler et rien ne se passera comme prévu

Court métrage

I Shot Her

Année : 2018
Durée : 4'32
Réalisé par : Tony Bertrand
VO

Un photographe a pour mission de prendre en photo la femme d’un mafieux avec son amant.
Contrairement aux apparences, ce court n’est pas une production américaine. Son réalisateur Tony Bertrand et sa société de production Bagaï Prod sont bien de chez nous, ce qui n’empêche pas leur projet d’évoquer tout un monde et une culture profondément ancrés en Amérique du Nord.
Une voix-off pénétrante, un rien caverneuse, relate une histoire toute droite sortie d’un roman noir des années 1950, Un privé-paparazzi est chargé de suivre une actrice volage pour prouver son infidélité à son truand de mari. En quatre minutes, les références se succèdent à vive allure et la forme du film joue avec singularité de belles photographies en noir et blanc, Le diaporama semble figer l’action d’instantanés retraçant petit à petit l’enquête du héros, tirant tout le potentiel de son outil numérique – le logiciel After Effect – pour un rendu hypnotique .

21H

18H30 & 21H

16H15

15H

SYSTEME K

SYSTEME K

Année : 2020
Genre : Documentaire
Durée : 1H34
Réalisé par : Renaud Barret
VF

Programmés dans le cadre de thèm’Art#8 « Harmonie »
K. » comme Kinshasa. Au milieu de l’indescriptible chaos social et politique au Congo, une scène contemporaine bouillonnante créée à partir de rien, crie sa colère et rêve de reconnaissance. Malgré le harcèlement des autorités et les difficultés personnelles des artistes, le mouvement envahit la rue et plus rien ne l’arrêtera ! Le cinéaste français a décidé de braquer sa caméra sur ces
extravagants performers artistiques, émissaires d’un « street art » artisanal d’une grande puissance créatrice, experts en recyclage de matériaux et en expression
des souffrances d’un peuple en proie à l’extrême pauvreté et aux conflits armés.

Court métrage

Stems

Année : 2015
Durée : 2'25
Réalisé par : Ainslie Henderson
VO

Un film ludique sur la fabrication d'un film d'animation d'objets.
Fabriquer des marionnettes, c’est comme faire de la musique. Explication ludique de la fabrication d’un film d’animation en pixillation, image par image.
En une durée très brève, le réalisateur parvient à la fois à surprendre et toucher en orientant notre regard sur la fabrication de petites figurines de stop-motion construites de bric et de broc alors que le premier plan, étalant sur un plan de travail immaculé des matières hétéroclites (composant électroniques, fleurs séchées, bloc de plâtre), laissait dans l’expectative.
Qu’allait bien pouvoir sortir de cet inventaire visuel à la Prévert ? L’utilisation d’une image accélérée suit donc rien moins qu’une naissance et la magie opère autour de ces volumes prenant vie. “Objets inanimés, avez-vous donc une âme ?”, s’interrogeait Lamartine ; s’il avait connu l’animation de marionnettes, il n’aurait peut-être pas posé la question.

19h & 21h

20h30

15h & 17h10

BONJOUR LE MONDE

BONJOUR LE MONDE

Année : 2019
Genre : Animation (5 ans)
Durée : 1h01
Réalisé par : Anne-Lise Koehler, Eric Serre
VF

Programmés dans le cadre de thèm’Art#8 « Harmonie »
C’est une balade très documentée au plus près d’une faune et d’une flore de papier et pourtant d’un grand réalisme pour s’initier à la découverte du vivant et au respect de la nature qui nous entoure. Une observation bienveillante pour aider aussi à se connaître. Au creux d’une rivière, un brochet est en train de naître. Il part à la découverte du Monde et va croiser des insectes, des oiseaux, des mammifères…De la petite tortue cistude au castor bâtisseur qui ne résiste pas à la bonne odeur des arbres, de l’exploratrice salamandre au butor étoilé, l’oiseau-roseau qui rêve d’attraper la lune, une dizaine d’animaux de nos rivières et nos étangs naissent et grandissent dans un paysage familier. Tout cet univers évolue avec le passage des saisons, l’alternance du jour et de la nuit. Chaque animal découvre les lois qui régissent la vie, comme l’entraide, l’adaptation, la métamorphose…
Chacun, avec son expérience, son caractère, en offre une vision différente, drôle et poétique, dans la diversité d’un milieu partagé par tous. Chacun d’eux s’exclame « Bonjour le monde ! ».
Réalisées en papier mâché, les délicates marionnettes prennent vie en stop-motion, dans de superbes décors colorés, pour raconter aux petits et aux grands la vie de la faune et de la flore de nos campagnes et les sensibiliser à la préservation de la nature et à l’équilibre des écosystèmes. Une œuvre où les marionnettes, les sculptures, la peinture et l’animation réinterprètent la Nature, pour nous la faire redécouvrir comme nous ne l’avons jamais vue !
Dans le cadre de Thèm’Art#8, un atelier de « Land Art » sera proposé après la projection du samedi 15 février. Rendez-vous à 16h30 à l’Espace Accueil de la Salle Gérard Philipe.
Pour les enfants dès 5 ans.
Nombre de participants limité – Réservation au 04 94 08 99 19
Intervenante : Marie-Jo Long
Artiste réalisatrice et musicienne, elle proposera aux participants de réaliser leurs propres création inspirées du mouvement « Land Art » à partir de matériaux de récupération ou trouvés dans la nature

 

 

 

17h

17h

15h

15h & 16h30

BOTERO

BOTERO

Année : 2020
Genre : Documentaire
Durée : 1H22
Réalisé par : Don Millar
VO

Programmés dans le cadre de thèm’Art#8 « Harmonie »
Botero est l’artiste le plus exposé au monde, son style est aisément reconnaissable. Mais derrière le peintre, quel personnage, quelle vie. Fernando Botero, âgé de 86 ans. Nous suivons un peintre autodidacte inconnu de la province de Medellin en 1932, qui se propulse au sommet du monde de l’art. Le film réunit l’homme et son art pour capturer l’essence de Botero : la résolution tranquille et la force de caractère qui lui ont permis de vaincre la pauvreté, des décennies de critiques acerbes et la mort tragique de son fils de quatre ans. C’est une chronique poétique d’une vie inspirante et un regard en coulisse sur le pouvoir d’une vision artistique unique.

Court métrage

Solid

Année : 2017
Durée : 2'27
Réalisé par : Sébastien Boffet Kraemer
muet

Dans une friche industrielle, l'art prend vie... Une performance étonnante !
Dans un monde où l’image est omniprésente, j’ai tenté d’apporter une certaine simplicité avec mon court métrage "Solid". Réunifiés à 24 images/seconde, les murs forment un tout immuable générant l’animation.
Présenté en 2017 aux Vidéoformes de Clermont-Ferrand, à Paris Courts devant et au Festival du film français de Sacramento, Solid se situe au croisement de la performance artistique et du court métrage, utilisant le procédé d’accélération désormais familier du timelapse pour faire se succéder, sur le tempo d’une musique au beat lancinant, des intérieurs de bâtiments divers, abandonnés ou même délabrés, où des artistes de rue dessinent tous un même motif. Un cube en 3D, en l’occurrence, qui devient vite comme une sorte de noyau terrestre, un centre de gravité, sinon un cœur métaphorique de la vie et de l’univers. De quoi susciter des évocations personnelles à chaque spectateur – pourquoi pas un parallèle avec le mégalithe de Kubrick ?
Plus de soixante murs ont été filmés par l’artiste , pour cinq mille photos réalisées et cinquante heures de montage, soit un travail titanesque de sept mois pour aboutir à ces deux minutes trente, à peine, vertigineuses et hypnotiques, en reflet critique d’une époque où les images se succèdent jusqu’à saturation sous nos yeux éberlués.

18h30 & 20h30

21h

16h30 & 21h

18h

L'ODYSSEE DE CHOUM

L'ODYSSEE DE CHOUM

Année : 2020
Genre : Animation
Durée : 38'
Réalisé par : Sonja Rohleder, Carol Freeman, Claire Paoletti & Julien Bisaro
Avec A voir dès 3 ans
VF

Programme de 3 courts :
Le Nid – Sonja Rohleder / Allemagne / 2D ordinateur / 2019 / 4′ :Pour charmer ses compères, un bel oiseau se montre très créatif.
L’Oiseau et la baleine – Carol Freeman / Irlande / Peinture sur verre / 2018 / 7’ : Une jeune baleine, séparée de sa famille, fait un bout de chemin avec un oiseau en cage.
L’Odyssée de Choum – Claire Paoletti & Julien Bisaro / 2D numérique / 2020 / 26 ‘: Choum, la petite chouette, vient juste d’éclore lorsque la tempête renverse l’arbre qui l’abritait. Tombée du nid, la voilà qui s’élance cahin-caha poussant le second œuf de la nichée à la recherche d’une maman.

Court métrage

L'ENVOL

Année : 2014
Durée : 4'30
Réalisé par : Hajime Kimura
muet

Vivre un rêve éveillé, c'est comment ?
Dans sa cage, l’oiseau rêve des nuages. Un film composé de 2 400 images créées une à une sous Photoshop pour un rendu pictural et onirique.
Existe-t-il un rêve d’enfance plus exaltant que celui de jouir d’un lit volant permettant de voyager à travers le monde en restant bien au chaud sous sa couette ? Une représentation des plus célèbres d’un tel prodige date de plus de cent ans. Avec ce court, l’artiste japonais Hajime Kimura emmène à son tour son jeune héros, un sage petit garçon endormi, dans les airs. Au-dessus d’une grande ville ou de campagnes vallonnées, d’abord, puis sous la surface de l’eau, à la rencontre de poissons rouges placides. La balade, onirique et fascinante, se poursuit avec une abstraction croissante, au milieu de formes géométriques invitant à la méditation et au rêve.
Le rendu plastique, saisissant, résulte d’un travail poussé sur une somme de plus de deux mille quatre cents images “fondues”, l’une dans la suivante, grâce à un outil en apparence banal, le logiciel Photoshop. La fluidité du mouvement résonne parfaitement dans les notes de la partition originale du musicien électro Saycet.

17h30

15h & 16h10

17h

15h

ADAM

ADAM

Année : 2020
Genre : Drame
Durée : 1H38
Réalisé par : Maryam Touzani
Avec Lubna Azabal, Douae Belkhaouda, Nisrin Erradi, Aziz Hattab,
VO

Un Certain Regard Cannes 2019 ➤ Candidat du Maroc aux Oscars
Valois des Étudiants – Angoulême / Prix de la Presse – Fameck
Dans la Médina de Casablanca, Abla, veuve et mère d’une fillette de 8 ans, tient un magasin de pâtisseries marocaines. Quand Samia, une jeune femme enceinte frappe à sa porte, Abla est loin d’imaginer que sa vie changera à jamais. Une rencontre fortuite du destin, deux femmes en fuite, et un chemin vers l’essentiel.

Court métrage

Haenyo, les femmes de la mer

Année : 2017
Durée : 5'
Réalisé par : Loïc Gimenez
Avec animation

Le film évoque la vie des Haenyo, femmes plongeuses de Jéju en Corée du Sud, à travers 7 expressions originaires de l'île. Les croquis animés révèlent aussi la musicalité de leur langue.
Associer à une culture séculaire une traduction visuelle animée adaptée, tel est l’enjeu de ce court. Le réalisateur, ancien élève de l’EMCA d’Angoulême et de La Poudrière, a en effet eu la sagesse de trouver une adéquation du fond et de la forme, en recourant à une technique très simple de croquis en ligne claire, sobre et concis. L’idée originelle est d’illustrer sept expressions idiomatiques issues des coutumes d’une île située au sud de la péninsule coréenne, Jeju, et d’en imaginer des formes en mouvement, avec beaucoup de charme et de poésie, mais aussi une véritable valeur anthropologique. On en apprend pas mal sur cette civilisation lointaine et complètement méconnue, liée à une organisation matriarcale de la société plutôt inhabituelle. Ainsi un proverbe local proclame-t-il joyeusement : “Quand une fille naît, c’est la fête ; et quand un garçon naît, on lui donne un coup de pied aux fesses” !
Cette dimension documentaire n’enlève rien à la faculté d’éveiller les rêves, les dessins se succédant harmonieusement, comme en se fondant, au centre de l’écran, à la pointe fine noire émaillée parfois de taches de couleurs toutes en discrétion. La sagesse extrême-orientale méritait bien un tel écrin, aussi hypnotique qu'épuré…

18h30

17h30 & 19h30

15h - 18h45 & 21h

16h10

L'EXTRAORDINAIRE VOYAGE DE MARONA

L'EXTRAORDINAIRE VOYAGE DE MARONA

Année : 2020
Genre : Animation
Durée : 1H32
Réalisé par : Anca Damian
Avec A voir dès 7 ans
VF

Victime d’un accident, une chienne se remémore ses différents maîtres (l’acrobate Manole, Istvan l’ingénieur et enfin Solange, la petite fille) qu’elle a aimés tout au long de sa vie. Le film raconte son histoire passant d’un maître à l’autre. Au gré de ses rencontres, il nous emporte dans un road-trip miraculeux et haletant à travers la vie. Par son empathie sans faille, sa vie devient une leçon d’amour.

14h & 16h30

16h

15h30

15h

UN DIVAN A TUNIS

UN DIVAN A TUNIS

Année : 2020
Genre : Comédie
Durée : 1H27
Réalisé par : Manele Labidi
Avec Golshifteh Farahani, Madj, Mastoura, Hichem Yacoubi, Ramla Ayari,
VF

Selma Derwish, 35 ans qui, après avoir exercé en France, ouvre son cabinet de psychanalyse dans une banlieue populaire de Tunis. Les débuts sont épiques, entre ceux
qui prennent Freud et sa barbe pour un frère musulman et ceux qui confondent séance tarifée avec « prestations tarifées ». Mais au lendemain de la Révolution, la demande
s’avère importante dans ce pays schizophrène. Alors que Selma commence à trouver ses marques, elle découvre qu’il lui manque une autorisation de pratique indispensable pour continuer d’exercer…

Court métrage

Enough

Année : 2017
Durée : 2'22
Réalisé par : Anna Mantzaris
Avec animation
muet

Jamais l'expression "pétage de plombs" n'aura été si bien imagée. Un grand moment sauvage apprécié dans de nombreux festivals.
Il y a des moments où l'on perd tout contrôle de soi. On souhaite seulement hurler : “Assez !”.
Ces savoureuses deux minutes trente sont dues à l’imaginaire fertile d’Anna Mantzaris, qui a pensé et élaboré cette œuvre d’animation savante sous la bannière du prestigieux Royal College of Art britannique. Son créneau technique s’appuie sur la création et la manipulation de marionnettes : des figurines représentent l’être humain dans une panoplie de situations du quotidien, en extérieur comme en intérieur, dans le privé comme dans l’espace public.
Un regard frontal et caustique sur le monde moderne nourrit cette courte fiction. Une proposition bienvenue, aussi, en cette ère de la course à la performance, du stress généralisé, du tout électronique, numérique et assisté. Sous le coup de la sollicitation permanente, de l’agression, et de l’oubli de soi, l’humanité dit : “Stop !”. Hommes et femmes en ont assez. Un reflet des pétages de plomb, “burn out”, dépressions et même suicides marquant nos sociétés.
Quand les pulsions reprennent le dessus sur le conditionnement, l’anarchie des réactions éclabousse. La réalisatrice propose un regard sans fard mais rempli d’humour, aussi noir soit-il. L’accumulation de ces saynètes crée par enchaînement un effet salvateur. Cathartique pour le spectateur, qui peut se reconnaître ou s’identifier à des comportements. La mise en scène du jusqu’au-boutisme fait rire et soulage à la fois. Les personnages de fiction se permettent ce que la raison n’autorise pas toujours de faire.

19h & 21h

14h & 20h30

18h30 & 21h

17h