Sélectionner une page

Programme du cinéma

Rechercher une séance

DONNE- MOI DES AILES

DONNE- MOI DES AILES

Année : 2019
Genre : Aventure
Réalisé par : Nicolas Vanier
Avec Jean-Paul Roue, Mélany Doutey, Louis Vasquez
VF

Christian, scientifique visionnaire, étudie les oies sauvages. Pour son fils, adolescent obnubilé par les jeux vidéos, l’idée de passer des vacances avec son père en pleine nature est un cauchemar. Pourtant, père et fils vont se rapprocher autour d’un projet fou : sauver une espèce en voie de disparition, grâce à l’ULM de Christian ! Commence alors un incroyable et périlleux voyage…

Court métrage

After the rain

Année : 2018
Durée : 8'42
Réalisé par : Valérian Desterne, Rebecca Black, Céline Collin
muet

Un joli conte aux résonances écologiques et poétiques, aux images magnifiques,
Dans des pâturages verdoyants, un chien vit heureux auprès de son maître, un vieux berger peu ordinaire. Ce dernier ne se contente pas de tondre la laine de ses moutons, il la transforme en nuages pour créer la pluie, perpétuant ainsi le cycle de la vie. Mais si le berger n'était pas éternel qu'adviendrait-il de la vallée ? Le jeune chien devra se montrer créatif et persévérant pour éviter le pire.
Ce court est une œuvre collective issue de l’école internationale du film et de l’animation MoPA, alias Motion Picture in Arles, sous-titrée « Computer Graphics Animation School ». Actuellement basée à Arles, elle reste historiquement le premier établissement français dédié à l’image de synthèse, et elle est née des suites de la création de Supinfocom à Valenciennes en 1988.
La mort du berger et l’interruption du cycle de la pluie renvoient à l’actuel et progressif dérèglement climatique, au réchauffement de la planète, à la pénurie d’eau et à la sécheresse. Règne végétal et règne animal se retrouvent collectivement confrontés à l’inexorable, et à la nécessité de trouver des solutions palliatives. Dans le cas du film, c’est une version poétique, écologique et inoffensive qui entretient le cycle naturel, à savoir la tonte des moutons, dont chaque laine individuelle récupérée devient un nuage. Le passage dans les massifs de ronces comme alternative à la tonte manuelle au sécateur est une trouvaille judicieuse et savoureuse, qui remet en route le rythme climatique.

20H

16H - 18H30 - 21H

15H & 17H30

LA BONNE REPUTATION

LA BONNE REPUTATION

Année : 2019
Genre : Drame
Durée : 1H33
Réalisé par : Alejandra Marquez Abella
Avec llse Salas, Flavio Medina, Cassandra Ciangherotti,
VO

Mexique, 1982, la crise économique frappe le pays, le mandat de López Portillo touche à sa fin. Sofía est l’épouse idéale, belle, charmante amphitryonne des fêtes organisées dans sa demeure des beaux quartiers. Elle brille dans son groupe d’amies, au salon de thé ou sur les courts de tennis et plane au-dessus des contingences. Lorsque l’inimaginable survient, le déclassement social et les inconvénients associés, jusqu’où ira-t-elle pour sauver les apparences et conserver la part du gâteau ?

Court métrage

Je suis gavé

Année : 2019
Durée : 2'17
Réalisé par : Martin Darondeau
VF

Un film simple et drôle, sur l'indécence du partage des richesses.
Ce court répond à un appel à projets du concours annuel du festival Nikon, dont la ligne était cette année, à l’occasion de la 10e édition, d’illustrer le thème du partage. Et tout cela en 2 minutes 20 !
Une réflexion sociale et politique nourrit le scénario de cette comédie courte. Les trois hommes représentent, au sein de notre société, des rapports de force entre les visions du travail et du partage des richesses. Plus largement, les deux parties du film, en miroir, reflètent la vie en collectivité et divers positionnements philosophiques. Une fiction tout juste achevée qui tombe à pic, au moment où la France est traversée par le mouvement des Gilets jaunes et par les revendications sur le régime des retraites, en plein questionnement.

18H30

16H30 - 18h30 - 21H

17H

NOSFERATU, FANTOME DE LA NUIT

NOSFERATU, FANTOME DE LA NUIT

Année : 1978
Genre : horreur-épouvante
Durée : 1H24
Réalisé par : Werner Herzog
Avec Isabelle Adjani, Bruno Ganz, Klaus Kinski, Jacques Dufilho,
VO

Au XIXe siècle, Jonathan Harker se rend en Transylvanie pour vendre un manoir au comte Dracula. Sur la route, les villageois lui conseillent de rebrousser chemin mais le jeune homme refuse. Au moment de la signature, Dracula aperçoit un portrait de la fiancée de Harker, identique en tous points à sa défunte épouse. Jonathan est fait prisonnier et le comte se rend à Londres pour retrouver la jeune femme.
Dans le cadre du cycle « A table ! » organisé avec Cinémas du Sud et Tilt – conférence « Cinégastronomies fantastiques » par Guy Astic vendredi 22 novembre à 18h30 (durée 45′ environ) suivie de la projection du film
Manger ou être mangé : dure loi de la nature et enjeu majeur du cinéma fantastique et d’horreur. Les vampires y ont les crocs, mais aussi d’autres créatures promptes à dévorer ; sans compter les monstres bien réels (la famille dégénérée de Massacre à la tronçonneuse, Hannibal Lecter, gourmet cannibale ; le colonel Landa et l’apfelstrudel de Inglourious Bastards). La convivialité autour d’une table peut vite tourner au cauchemar (Alien, ÇA, Indiana Jones et le temple maudit, Midsommar). Et il n’est pas bon de s’attarder dans certaines auberges (Les Sorcières de Zugarramurdi, Nuits de cauchemar), certaines boucheries ou fast-food (Sweeney Todd, Poultrygeist, Les Bouchers verts). Sans oublier les tomates tueuses, l’attaque de la moussaka géante, ce doigt coupé dans le ragoût. Cette conférence devrait vous ouvrir… l’appétit.
Le conférencier : Auteur d’ouvrages sur les cinéastes David Lynch, Stephen King et sur le fantastique en général, Guy Astic est enseignant de lettres et de Cinéma/Audiovisuel au lycée Paul Cézanne d’Aix-en-Provence. Directeur des éditions Rouge Profond, il assure depuis 2017 la présidence du Festival Tous Courts d’Aix-en-Provence.

20H30

18H30 Conférence suivie de la projection

15H

MON CHIEN STUPIDE

MON CHIEN STUPIDE

Année : 2019
Genre : Comédie
Durée : 1H46
Réalisé par : Yvan Attal
Avec Yvan Attal, Charlotte Gainsbourg, Pascale Arbillot, Eric Ruf, …
VF

Henri est en pleine crise de la cinquantaine. Les responsables de ses échecs, de son manque de libido et de son mal de dos ? Sa femme et ses quatre enfants, évidemment ! A l’heure où il fait le bilan critique de sa vie, de toutes les femmes qu’il n’aura plus, des voitures qu’il ne conduira pas, un énorme chien mal élevé et obsédé, décide de s’installer dans la maison, pour son plus grand bonheur mais au grand dam du reste de la famille et surtout de Cécile, sa femme dont l’amour indéfectible commence à se fissurer.

Court métrage

Guard dog

Année : 2004
Durée : 5'
Réalisé par : Bill Plympton
muet

Pourquoi les chiens aboient-ils après des créatures innocentes telles que les pigeons et les écureuils…? Ce film répond à cette question éternelle..
Nommé en 2005 à l’Oscar du meilleur court métrage d’animation, Guard Dog est une pièce maîtresse de l’œuvre foisonnante du trublion Bill Plympton, prince de la provoc.
L’auteur utilise ici la technique traditionnelle du dessin sur papier. Le crayon de couleur donne vie aux silhouettes, visages et gueules croqués avec un art malicieux de la caricature. Les décors rudimentaires restent fixes ; seules les créatures bougent, par effet de mouvements créés par l’enchaînement des planches.
L’imagination débordante du chien-gardien, jusqu’au dernier de ses neurones, lui vaut de fantasmer le pire du pire à chaque rencontre bucolique, le long de la rituelle promenade dans le parc avec son maître. Et chaque apparition est une menace susceptible d’en vouloir à l’homme qui tient la laisse, qui déclenche les aboiements hargneux de la bête : fillette, écureuil, oiseau, sauterelle, taupe, papillon, pâquerette, humain, animal, végétal, tout y passe ! Folie paranoïaque totale…

18H30 - 21H

15H30 - 17h45 & 20H30

15H & 17H15

Salé Sucré

Salé Sucré

Année : 1994
Genre : Comédie dramatique
Durée : 2h04
Réalisé par : Ang Lee
Avec Sihung Lung, Kuei-Mei Yang, Chien-Lien,
VO

M. Chu est le plus grand chef cuisinier de Taipei. Veuf depuis seize ans, il élève seul ses trois filles : Jen, professeur de chimie à la religiosité exacerbée, Kien, séduisante businesswoman qui rêve de prendre son indépendance, et Ning, jeune étudiante qui travaille dans un fast-food. La vie de la famille est réglée par ces rituels immuables que sont les repas, préparés avec une minutie extrême. Renfermé et peu loquace, la cuisine est pour lui la seule façon de communiquer.
Dans le cadre du cycle « A table ! » organisé avec Cinémas du Sud et Tilt

18h30

21h

18h

LA BELLE EPOQUE

LA BELLE EPOQUE

Année : 2019
Genre : Comédie dramatique
Durée : 1h55
Réalisé par : Nicolas Bedos
Avec Daniel Auteuil, Guillaume Canet, Doria Tillier, Fanny Ardant
VF

Victor, un sexagénaire désabusé, voit sa vie bouleversée le jour où Antoine, un brillant entrepreneur, lui propose une attraction d’un genre nouveau : mélangeant artifices théâtraux et reconstitution historique, cette entreprise propose à ses clients de replonger dans l’époque de leur choix. Victor choisit alors de revivre la semaine la plus marquante de sa vie : celle où, 40 ans plus tôt, il rencontra le grand amour.

Court métrage

Le chaudron infernal

Année : 1903
Durée : 1'43
Réalisé par : Georges Mélies
muet

Les truculents trucages de Georges Méliès ! À voir absolument, un film de presque 120 ans !
Le démon Belphégor, qui est l’exécuteur des basses œuvres de l’Enfer, fait brûler dans son chaudron infernal trois malheureuses victimes dont les fantômes s’élèvent dans les airs, puis disparaissent. Le démon se jette ensuite lui-même dans son chaudron.
Il n’est jamais vain de revenir aux fondamentaux, selon l’expression consacrée, et juste après un documentaire montrant comment ses descendants continuent de faire vivre son œuvre aujourd’hui (Méliès et ses bonimenteurs)
Le chaudron infernal a été réalisé en 1903 dans ces studios de Montreuil d’où sortirent alors tant de féeries. Là, ce magicien de l’image – dont la postérité demeure considérable – travaillait en prises de vues réelles (et en caméra fixe posée selon le “point de vue du monsieur de l’orchestre” décrit par le grand historien du cinéma Georges Sadoul), avec moult acteurs costumés et décors peints. Les trucages et les colorisations de pellicule (au pinceau !) entraînaient ensuite dans un monde d’enchantement et de poésie inégalés.
Plus d’un siècle après sa période de grande activité, achevée en 1913, Méliès est toujours vivant… Plus que jamais !

21h

16h & 18h30

21h

15h & 17h30

GLORIA MUNDI

GLORIA MUNDI

Année : 2019
Genre : Drame
Durée : 1h46
Réalisé par : Robert Guédiguian
Avec Gérard Meylan, Anaïs Demoustier, Robinson Stévenin,
VF

Daniel sort de prison où il était incarcéré depuis de longues années et retourne à Marseille. Son ex-femme, l’a prévenu qu’il était grand-père : leur fille vient de donner naissance à une petite Gloria. En venant à la rencontre du bébé, il découvre une famille recomposée qui lutte par tous les moyens pour rester debout. Quand un coup du sort fait voler en éclat ce fragile équilibre, n’ayant plus rien à perdre, il va tout tenter pour les aider.

Court métrage

La dent

Année : 2017
Durée : 3'
Réalisé par : Guy Delisle
Avec animation
VF

Pourquoi la petite souris n'a-t-elle pas récupéré la dent laissée sous l'oreiller ? Le bédéiste Québécois Guy Delisle renoue avec son célèbre "mauvais père" pour illustrer avec humour la paternité. Une fenêtre sur le quotidien, estampillée “Chroniques du 9e art”.
Le trait est minimaliste et les décors épurés, autant que la durée du film, qui totalise moins de trois minutes. Le dessin est précis, avec des lignes noires et des tons réduits en couleurs (gris, saumon, rosé), et les quelques mouvements, simples, sont aussi répétitifs que les actions et les lieux, enchaînant de manière cyclique cuisine, chambre d'enfant et salon.
Delisle désacralise le mythe du père fort et valeureux, pour en faire un adulte couard et paresseux. La mauvaise foi mène ainsi ce géniteur, dans son inaction répétée et sa manipulation lâche sur son propre enfant. L’humour naît de la redite, des erreurs et du jeu avec la naïveté, jusqu’à la chute finale, sommet d'opportunisme où le papa profite encore de sa position dominante sur son rejeton qui restera, lui, sur une certaine perplexité.

18h45 & 21h

16h - 18h30 & 21h

15h & 17h15

LES MISERABLES

LES MISERABLES

Année : 2019
Genre : Drame
Durée : 1H42
Réalisé par : Ladj Ly
Avec Damien Bonnard, Alexis Manenti, Djebril Didier Zonga, Jeanne Balibar, …
VF

A remporté 5 Prix Festival Cannes 2019
Stéphane, tout juste arrivé de Cherbourg, intègre la Brigade Anti-Criminalité de Montfermeil, dans le 93. Il va faire la rencontre de ses nouveaux coéquipiers,
Chris et Gwada, deux « Bacqueux » d’expérience. Il découvre rapidement les tensions entre les différents groupes du quartier.

Court métrage

Les Indes galantes

Année : 2018
Durée : 5'26
Réalisé par : Clément Cogitore
muet

À la fois cinéaste et artiste contemporain, le réalisateur ne cesse de surprendre, relevant des défis à chaque fois très différents, Ce court est sa réponse à une carte blanche offerte par 3e Scène, l’espace numérique de l’Opéra de Paris, pour réunir en un maelström de musique, de danse et d’émotion deux époques et deux styles artistiques éloignés. La musique de l’opéra-ballet de Jean-Philippe Rameau, composé en 1735, rencontre l’une des formes d’expression les plus dynamiques de la danse de rue contemporaine, le “krump”. Le “krump” est née dans les ghettos noirs de Los Angeles après les émeutes de 1995. Le cinéaste, à travers cette performance filmée sur le plateau de l'Opéra Bastille, crée une “battle” entre la culture urbaine et la musique de Rameau.
Dépassant de très haut la simple captation, le film repose sur une mise en scène sophistiquée, alternant moments d’improvisation chorégraphique et mouvements dûment répétés en amont, pour un crescendo intense et galvanisant, d’une stupéfiante beauté formelle. Le public du plus grand festival de courts métrages au monde, celui de Clermont-Ferrand, ne s’y est pas trompé, lui attribuant son Prix en février 2018.

20h30

15h

18h30 & 21h

15h

VIVRE ET CHANTER

VIVRE ET CHANTER

Année : 2019
Genre : Drame
Durée : 1H45
Réalisé par : Johnny Ma
Avec Gan Guidan, Yan Xihu, Zhao Xiaoli,
VO

Zhao Li dirige une troupe d’opéra traditionnel Sichuan qui vit et joue ensemble dans la banlieue de Chengdu. Quand elle reçoit un avis de démolition pour son théâtre, elle le cache aux autres membres de la compagnie et décide de se battre pour trouver un nouveau lieu, où ils pourront tous continuer de vivre et chanter. S’engage alors une lutte pour la survie de leur art.

Court métrage

Méliès et ses bonimenteurs

Année : 2018
Durée : 5'35
Réalisé par : Audrey Espinasse, Sami Lorentz
VF

Un récit passionnant sur l'œuvre de Georges Méliès !
La famille Méliès porte depuis quatre générations la transmission de la mémoire cinématographique familiale. Alors que Marie-Hélène et Lawrence Lehérissey-Méliès préparent un ciné-concert qu’ils présenteront partout à travers le monde, ils nous confient leur rêve : la reconstruction des studios Méliès à Montreuil.
Avec ce court métrage, c’est une histoire de famille assez inouïe qui émerge devant nos yeux. Devant la caméra entrent littéralement en scène Marie-Hélène Lehérissey-Méliès, arrière-petite fille du Magicien de Montreuil, et le fils de celle-ci, Lawrence. Et ce duo tisse un lien direct avec l’œuvre de son prestigieux aïeul en accompagnant en “live” ses films : le second au piano et la première en “bonimentant” avec verve, comme aux temps des pionniers, les burlesques images se succédant sur l’écran. Émouvante rencontre de deux époques et hommage à l’un des créateurs – que sa descendante place à la hauteur de Molière et Mozart ! – de l’art majeur du XXe siècle, qui n’en finit jamais de (nous) passionner…

18h

17h30 & 20h

16h

17h30

IT MUST BE HEAVEN

IT MUST BE HEAVEN

Année : 2019
Genre : Comédie dramatique
Durée : 1H37
Réalisé par : Elia Souleiman
Avec Elia Suleiman, Tarifk Kopty, Kareem Gheim,
VO

Prix Fipresci – Compétition officielle/Mention spéciale, Festival de Cannes 2019
ES fuit la Palestine à la recherche d’une nouvelle terre d’accueil, avant de réaliser que son pays d’origine le suit toujours comme une ombre. La promesse d’une vie nouvelle se transforme vite en comédie de l’absurde. Aussi loin qu’il voyage, de Paris à New York, quelque chose lui rappelle sa patrie. Un conte burlesque explorant l’identité, la nationalité et l’appartenance, dans lequel le réalisateur se pose une question fondamentale : où peut-on se sentir  » chez soi  » ?

Court métrage

Travelogue Tel Aviv

Année : 2017
Durée : 6'
Réalisé par : Samuel Patthey
Avec animation
muet

Un regard inventif et plein d'humour sur la vie à Tel Aviv.
Un jeune étudiant en art part de la Suisse pour six mois à Tel Aviv. À travers le dessin, il va apprendre à connaître et à analyser ce nouvel environnement tout comme lui-même.
On ne le sait pas toujours, mais Tel Aviv est l’une des métropoles les plus animées des côtes de la Méditerranée, en “ville qui ne dort jamais” selon l’un de ses surnoms. Le film d’animation qu’y a réalisé le jeune réalisateur dans le cadre de ce séjour, en rend compte, de façon très dynamique et en faisant se succéder des séquences contrastées, entre l’effervescence des nuits de fêtes, une présence militaire propre à tout le contexte du Proche-Orient et une cohabitation de populations très différentes, entre religieux orthodoxes, touristes en goguettes ou jeunesse dorée locale.
L’observation est parfois cocasse, l’essentiel résidant toujours dans le détail, comme chez Tati, en version triviale lorsque deux cabots se croisant dans la rue se reniflent le derrière, en drôle de métaphore des rapports de communautés parfois potentiellement tendus. Mixant les techniques graphiques, il conserve un trait acéré, l’encre de plume zébrant parfois le papier, et le mode du carnet de voyage est assumé, sa pliure centrale étant volontiers conservée à l’écran.
Concocté entre les murs de la Hochschule de Lucerne, en Suisse germanophone, ce court a obtenu en 2018 le Prix de L’Extra Court au Poitiers Films Festival et le Valois René-Laloux au Festival du film francophone d’Angoulême.

16h30 & 20h

18h45 & 21h

15h & 21h

17h

LE VOYAGE DU PRINCE

LE VOYAGE DU PRINCE

Année : 2019
Durée : 1h17
Réalisé par : Jean-François Laguionie, Xavier Picard
Avec Animation à voir dès 8 ans
VF

Un vieux Prince échoue sur un rivage inconnu. Blessé et perdu, il est retrouvé par le jeune Tom et recueilli par ses parents, deux chercheurs dissidents qui ont osé croire à l’existence d’autres peuples. Le Prince, guidé par son nouvel ami, découvre avec fascination ce monde nouveau pour lui, même s’il est figé et sclérosé. Pendant ce temps, le couple de chercheurs rêve de convaincre les élites scientifiques du pays, « l’Académie », de la véracité de leur thèse.

14h

17h

17h10 & 19h

15h

SEULES LES BETES

SEULES LES BETES

Année : 2019
Genre : Policier, Thriller
Durée : 1H21
Réalisé par : Dominik Moll
Avec Laure Calamy, Denis Ménochet, Valeria Bruni- Tedeschi, Damien Bonnard
VF

Une femme disparaît. Le lendemain d’une tempête de neige, sa voiture est retrouvée sur une route où subsistent quelques fermes isolées. Alors que les gendarmes n’ont aucune piste, 5 personnes se savent liées à cette disparition. Chacune a son secret, mais personne ne se doute que cette histoire a commencé́ loin de cette montagne balayée par les vents d’hiver, sur un autre continent où le soleil brûle, et où la pauvreté́ n’empêche pas le désir de dicter sa loi.

Court métrage

Année : 2017
Durée : 5'
Réalisé par : François Vogel
Avec animation
VF

À Noirmoutier, la mer monte quatre fois plus vite qu'un cheval au galop ! Un homme au bord d’une route déclare vouloir faire un break et quitter la civilisation. Il se laisse alors glisser au milieu des voitures pour finalement se perdre en pleine mer. Une performance filmée en accéléré dans laquelle la marée montante a des airs de montée des eaux.
Entre cinéma d’animation et expérimental, François Vogel apparaît depuis le début des années 2000 comme une figure éminemment familière – et singulière ! – du court métrage français, se mettant en scène dans des aventures jouant avec la texture même de l’image, mais aussi avec le temps, les distances ou les cadres.
Le réalisateur convoque à travers ce court le procédé du “time-lapse”, à savoir une prise de vues en accéléré, en lui donnant un rendu spectaculaire, mais de façon inusuelle, l’image se déformant en de saisissantes impressions. Cette expérimentation se fait vite philosophique, les pensées du personnage en voix off évoquant une lassitude du monde moderne bruyant et si pollué…

20h

20h30

15h - 18h30 & 21h

16h15

PAT ET MAT EN HIVER

PAT ET MAT EN HIVER

Année : 2019
Genre : Animation (3 ans)
Durée : 40'
Réalisé par : Marek Benes
VF

La maison en chocolat : On connait les qualités de nos deux compères en matière de bricolage, mais qu’en est-il lorsqu’il s’agit de pâtisserie ?
Le sauna : Le froid est mordant. Mais ils vont pouvoir se réchauffer grâce à un sauna à la conception… originale.
« Pour Féliciter » : Formule traditionnellement indiquée sur les cartes de vœux tchèques pour les fêtes de fin d’année. Pat et Mat s’emploient à réaliser une photo pour l’occasion.
Les cadeaux de Noël : Pat et Mat sont sur le point de s’offrir leur cadeau. Malheureusement Ils n’ont pas assez de papier d’emballage ni d’adhésif.
L’igloo : Avec un épais manteau de neige, la fabrication d

Court métrage

La luge et le dragon

Année : 2017
Durée : 2'37
Réalisé par : Eugenia Zhirkova
muet

Comment transformer la banalité du quotidien en aventure épique ?
Portée par son imagination débordante, une petite fille vit une folle aventure accompagnée de son père et... de sa luge !
Aucune parole, sinon quelques onomatopées, trahissent les voix humaines des protagonistes. Seuls le rythme musical aux variations impressionnantes et le son des pas et glissements sur la neige composent la piste sonore.
L’imaginaire enfantin est la clé de voûte de cette sortie destinée à simplement faire de la luge. Esseulée face à son père concentré sur son téléphone portable, l’héroïne en culotte courte peut s’adonner à son esprit voyageur. La petite colline à grimper, puis à dévaler, devient un château et l’espace le récipient de fantasmes d’aventures épiques, dignes des contes magiques et saupoudrées de références à la saga DreamWorks des Dragons, comme à la série télé Game of Thrones. Et la fillette se transforme en princesse volante sur sa luge, métamorphosée en gentil dragon...
Le travail sur l’animation repose sur des dessins en traits tremblés, dynamisés par des effets de zoom et de travelling. Les lignes graphiques se durcissent et s’épaississent durant le passage à l’épopée de la descente, jusqu’à arriver aux branches menaçantes comme dans la forêt de Blanche-Neige et les sept nains, en parallèle de la musique qui s’accélère. La gamme chromatique, quant à elle, est réduite et joue la carte, plutôt solide et rassurante, des teintes bleu et prune.

15h - 16h10 & 17h10

16h

17h

15h